Communiqué sur la position de la Fédération des professionnels des addictions sur le vapotage

21 novembre 2017

COMMUNIQUÉ – Lausanne, le 21 Novembre 2017 – Pour diffusion immédiate

L’association Helvetic Vape accueille très positivement la position de la Fédération des professionnels des addictions sur le vapotage et la réduction des risques. L’association y voit les bases d’une nouvelle collaboration globale, pragmatique et effective.

L’association Helvetic Vape considère que l’initiative de la Fédération des professionnels des addictions pose des bases saines pour une collaboration entre tous les acteurs de la santé publique avec les usagers comme partie prenante. Le tabagisme en Suisse ne diminue plus depuis 10 ans. Pour Helvetic Vape, ce constat impose de prendre rapidement des mesures créatives et pragmatiques contre les modes de consommation par combustion dans le nouveau cadre fixé par la Stratégie Nationale Addictions et la Stratégie Nationale Maladies Non Transmissibles.

Des millions de personnes sont sorties du tabagisme à l’aide du vapotage à travers le monde. Depuis dix ans, cette révolution sanitaire est un mouvement social porté par les usagers, malgré l’opposition acharnée d’intérêts économiques conservateurs. Le statu-quo, dont seuls les lobbys du tabac et de la pharma ressortent gagnants, n’est plus une option défendable. La Suisse est le dernier pays d’Europe à interdire la vente de liquides de vapotage contenant de la nicotine.

L’association Helvetic Vape considère que le premier projet de création d’une loi sur les produits du tabac n’avait rien de novateur. Il aurait simplement perpétué le statu-quo actuel sur les produits combustibles et limité le développement de l’usage d’outils de réduction des risques et des dommages. Le nouvel avant-projet en cours d’élaboration devra éviter ces écueils. Pour ce faire, l’administration fédérale en charge de l’avant-projet devrait montrer plus de considération pour l’avis des premiers concernés : les usagers de nicotine. Helvetic Vape est toujours à disposition des autorités si celles-ci désirent prendre en compte l’intérêt public.

La Suisse doit se donner les moyens de sa politique si elle veut réellement faire diminuer le nombre de maladies non-transmissibles et de décès prématurés liés à la combustion dont souffrent les usagers de nicotine. Seulement 0,3 % du prix d’un paquet de cigarette alimente un fond national dédié uniquement à une prévention basée sur le principe de l’abstinence absolue. Helvetic Vape souhaite que ce taux passe à 1 % et soit versé dans un nouveau fond national beaucoup plus ouvert et pragmatique. Le financement de la recherche sur les bénéfices potentiels et les risques résiduels des différents outils de réduction des risques et des dommages devrait être une priorité. De plus, il est impératif de financer un monitorage efficace, avec une fréquence accrue et une mesure fine des flux entre les différents modes de consommation de substances et la non-consommation.

Helvetic Vape est donc prête à participer aux nécessaires réflexions sur les usages à moindre risque de nicotine et de cannabinoïdes suite à la prise de position de la Fédération des professionnels des addictions. En parallèle, une réflexion plus globale et novatrice sur tous les usages potentiellement addictifs doit s’engager pour relever les défis d’aujourd’hui et de demain dans les domaines conjoints de la réduction des risques, de la prévention et de la santé publique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *